jeudi 15 mars 2007

Cotriade du Petit Port

Eté 1997. Les quelques jours que je passe sur la Presqu'île de Crozon sont pour moi un retour aux sources, un agréable bain de jouvence. Je découvre à nouveau les plages et les paysages de mon enfance (l'Aber, Saint Hernot, Camaret, Morgat) et j'entraîne ma tendre (et future) dans mon sillage. Libres comme l'air, nous vivons à notre rythme, nous nous levons comme bon nous semble, nous déjeunons pendant des heures, nous piquons un somme à l'heure de la sieste, évitant ainsi les heures chaudes de l'après-midi, puis nous partons à la plage à vélo pour rentrer par les chemins de terre entre chien et loup. Pas d'enfant, plein d'amour, encore étudiants, c'est-à-dire les poches vides, le coeur léger et amoureux, c'était... le pied !

Quand je vois la vie de fou que nous menons - et que vous menez très certainement - comment ne pas être un peu nostalgique de ces quelques semaines de paix véritable ! Aujourd'hui, même les vacances demandent une organisation militaire et une préparation psychologique du tonnerre avant le départ.

Mais revenons à cet été 1997...

Malgré nos pauvres moyens, nous nous offrons un repas de roi dans un bon restaurant de la Presqu'île. Situé à deux pas de notre location, en plein centre de Crozon, le restaurant gastronomique de Joël et Jocelyne Euzen, le Mutin Gourmand, se trouve légèrement en retrait sur la place de l'église. Je garde de ce moment passé dans la salle au décor confiné un très agréable souvenir. Je me souviens surtout de la découverte que j'y fis en me délectant d'une fabuleuse cotriade.

La cotriade est une soupe de poisson consommée sur la majeure partie du littoral breton. Cuite souvent à même le quai, cette soupe étaient essentiellement constituée, jadis, des poissons communs dont l'on ne voulait pas (les cons !) quand les poissons les plus nobles (soles, turbots, etc.) étaient réservés à la vente et à la haute gastronomie. La cotriade, plat de marin s'il en est, était constituée de poissons communs non parés, de beurre ½ sel (ou de saindoux), d'oignons, de pommes de terre. Aujourd'hui, on y ajoute des légumes frais.

La cotriade que j'ai concocté avec amour ce week-end ne déroge pas à la règle : poissons "communs" (maquereau, cabillaud, dorade), beurre demi-sel, pomme de terre. J'ai ajouté des moules de bouchot pour le fumet, des herbes fraîches, des pousses d'épinard, des carottes, des poireaux, du fenouil, etc.

Bon ? Non. Fameux, oui !

Carnet d'adresse : Le Mutin Gourmand – Place de l'Eglise 29160 Crozon
Fermé le mardi midi, le dimanche soir et lundi hors saison, sauf le lundi soir en juillet et août.

Cotriade du petit port

Ingrédients (pour 4 personnes gourmandes)
500 g de moule de bouchot1 maquereau
1 dorade grise1 darne de cabillaud
1 rouget(*)2-3 poireaux
2-3 carottes2-3 pommes de terre à chair ferme
2-3 oignons grelot1 oignon rouge de Roscoff
1 gousse d'ail écrasée1 bouquet garni
100 g de pousses d'épinard25 cl de vin blanc Entre-deux-mers
50 g de beurre demi-sel750 ml d'eau (ou de fumet de poisson)
Marche à suivre

Nettoyez les poireaux et coupez-les en lamelles fines. Ciselez les oignons. Epluchez les pommes de terre et les carottes, coupez-les en morceaux grossiers. Lavez et grattez les moules dans un grand bain d'eau fraîche. Rincez et essorez les poissons sur du papier absorbant.

Dans une cocotte enfonte, faites revenir dans le beurre à feu moyen les oignons et l'ail écrasée, jusqu'à ce qu'ils deviennent translucides et sans coloration. Ajoutez les poireaux. Lorsqu'ils sont fondants, ajoutez les carottes, les pommes de terre et les pousses d'épinards. Faites revenir pendant 1 minutes. Déglacez avec levin blanc. Ajoutez le bouquet garni et arrosez avec l'eau. Portez à ébullition, puis laissez mijoter à feu doux pendant 20 minutes.

Lorsque les légumes sont cuits, retirez-les et réservez-les au chaud. Mettez les poissons à cuire à court-bouillon pendant 10 minutes. Retirer les poissons délicatement et réservez-les également au chaud. Mettez à cuire les moules dans le bouillon jusqu'à ce qu'elles s'ouvrent.

Pour le service, disposez les légumes dans le fond d'un grand plat en terre. Disposez les poissons, les moules et arrosez avec le bouillon. Servez la cotriade avec de grande tranches de pain de campagne beurrée ou aillée.

Bon appétit !
Tit'

(* Pas de rouget dans ma recette. Trop d'arrêtes pour mes oisillons. Quelque mauvais souvenir d'un séjour aux urgences...)

28 graines et quelques miettes pour un cuicui affamé:

Très beau plat joliment raconté !

bergeou , le 15/03/2007 20:39  

Ah mais alors là ça ne va pas du tout, voilà 4 ans que nous habitions en Bretagne et nous n'avons toujours pas goûté la cotriade...une amie m'avait déjà parlé du Mutin Gourmand...je note donc pour une petite escapade en n'amoureux!

Mayacook , le 15/03/2007 21:33  

j'aime tant la cotriade, ça fait une éternité que je n'en ai pas mangé !

vanessa , le 15/03/2007 21:36  

Avec Mr Papilles, nous avions adoré la presqu'ile de Crozon. Nous y étions allés vers Pâques. Le temps était magnifique, la lande sauvage, la mer avait des reflets d'argent. Un vrai bonheur.

Et ta cotriade, hummmm, trop belle !

Papilles et Pupilles , le 15/03/2007 21:48  

La presqu'île de Crozon est un endroit enchanteur... j'y étais encore il y a deux ans et cela me laisse un beau souvenir... des eaux turquoises le jour où j'y étais... comme sur les photos des côtes lointaines. Merci de nous raconter ça si bien.

Mamina , le 15/03/2007 22:57  

Ahhhhhh Crozon... à vélo... les siestes... euh, on oublie bien vite Crozon, c'était l'ère pré-bernard-l'arnodienne, et c'est pas très éthiquement correct (et même d'ailleurs peut être pas si agréable que ça) que de repartir 12 ans en arrière. Par contre ta cotriade ça oui, j'en ai mangé une mémorable chez des amis de Morgat mais elle était bien moins jolie que la tienne (ne leur dis rien hein pasqu'elle était super bonne et que je voudrais bien qu'ils m;en refassent).

Framboiz , le 16/03/2007 04:33  

3 choses que je ne connais pas (la honnnte...) : la cotriade, la presqu'île de Crozon et le Mutin Gourmand (joli nom). Faut que j'informe Mr. Menus Propos, va falloir y remédier.
Toujours agréable de te lire.

menus propos , le 16/03/2007 08:15  

dis donc pourquoi les jambes de la petite sirène se baladent dans une marmite?? Bon, je sais je suis un peu folle, mais je t'assure que c'est la première idée qui m'a traversé l'esprit en voyant ta cotriade (plat d'ailleurs que je ne connaissais pas, oui, je sais, bretonne de pacotille, j'assume!!)

Alhya , le 16/03/2007 08:21  

Lorsque j'ai rencontré mon chéri, il faisait son service militaire en tant qu'instructeur à l'école militaire de Lanvéoc-Poulmic sur la presqu'île. Moi, j'étais étudiante à Brest où je vivais avec mes parents. J'avais 17 ans et lui 23. Mes parents voyaient d'un très mauvais oeil notre relation donc nous passions nos week-end sur la presqu'île plutôt qu'à Brest. TANT MIEUX!!! Je préférais me promener sur la côte intacte de Crozon que dans les rues glauques de Brest.
Que de souvenirs je traîne moi aussi de cette époque!!! Et l'amour ne fait que les magnifier!!!
Je n'ai pas souvenir de cotriade mais de galettes aux coquilles st jacques flambées au cognac...
Ah, la Bretagne me manque!!! Même si elle coule dans mes veines, son parfum me manque!!!
Soupir...

Je vais tenter ta recette. Je frôlerai sans doute mon Finistère du bout des lèvres!!!
Bizzzzz,
Alexandra.

PS: 11 ans d'amour... Crozon m'a porté chance!!!

Miss Tiny , le 16/03/2007 09:20  

Ah oui comme la vie paraissait simple et douce "avant", maintenant elle est plutôt énergique et cahoteuse, vivifiante et tonitruante, organisée et joyeuse... alors forcément on se souvient et on répète encoeur : "mes enfants sont mes bijoux, ce que j'ai de plus précieux au monde, mes enfants sont mes bijoux, ce que j'ai de plus précieux au monde, mes enfants sont mes bijoux, ce que j'ai de plus précieux au monde"
Menfin vivement qu'il soient grands qu'on puisse reprendre le cours normal de nos activités :D

Fred , le 16/03/2007 09:31  

Quel joli souvenir...ca fait du bien des fois dans cette vie de dingue ! Pis en voila une sacrée recette msieur Tit' faut être équipé ;-) Et avec ca, tu bois quoi ???

Amitiés
Claude

Claude-Olivier , le 16/03/2007 12:42  

Quand on parle de jeunesse insouciante... A te lire, j'ai le sentiment que tu regrettes cette époque et celle dans laquelle tu vis ne te comble pas (désolée hein mais je mets les pieds dans le plat !). Cette vie de dingue, dans les bureaux, à speeder chez la nourrice, à organiser les repas, à me coucher à bloc, je l'ai quitté. Je vis plus chichement c'est certain, mais je suis heureuse d'une force. J'ai fait ce choix pour me préserver, moi et ma fille. Maintenant je la vois grandir, s'épanouir. J'ai pas fait un enfant pour le voir 2 heures par jour... j'ai plus de trop sous (euh le ski c'est pas moi qui finance !), mais je prends le temps de vivre, car la vie est trop imprévisible. Tit', à quand ton auberge en campagne ? ;)

Lilo , le 17/03/2007 00:41  

Ah l'amour ! Que c'est beau !

Pour la recette, je prends tout mais remplace le poisson par du tofu. J'aime pas le poisson dans l'assiette, juste dans l'eau. Chuis pas né sur le bord de la mer moi !
Quoi, t'aime pas le tofu, t'es pas né au Japon ? Tudieu !

raymonde , le 17/03/2007 01:29  

Ah l'amour, l'amour (écho à Raymonde...). Est-ce que "cotriade"c'est parce que ce sont des poissons de la côte ? Cà me tente bien ta recette Tit'.

Michèle , le 17/03/2007 15:11  

Va vois mémé georgette tit, elle a publié une tite recette ce samedi. Enfin ! Qu'elle aime se faire désirer la mémé !

raymonde , le 17/03/2007 18:41  

j'aurais peur de ton plat, en vrai. A cause de cette queue de poisson. On se demande ce qu'il fait là-dessous et quelle tête de monstre il a. Il a pas l'air mort du tout. Ni même cuit. Il a l'air.... euh pas commode. Ah non, hein, j'aurais vraiment peur qu'il frétille encore et me saute au visage. Parce que c'est bien connu, ça saute au visage le poisson.

annie dedicacessen , le 19/03/2007 12:45  

je vois que j'ai devant moi un connaisseur, de l'oignon de Roscoff Mister super oignon et des moules de bouchot !
Pour la cotriade , j'avoue mon ignorance crasse en la matière, je ne connaissais pas du tout mais maintenant que je vois ce plat en photo, je me léche les babines !

Suiksuik , le 19/03/2007 20:41  

Mais tu me racontes mes vacances la, celles, celles d'avant, celles quand il n'y avait que 2 velos sur la photo.
Heureusement que la cotriade a toujours le meme gout.

Gracianne , le 20/03/2007 13:21  

Je ne connais pas du tout et ce n'est pas d'ici, region fort eloignee des mers et oceans que j'aurai la chance de trouver tous les ingredients. Mais tes photos...ca sent les vacances...fait du bien!

confituremaison , le 20/03/2007 20:35  

Magnifique! On dirait presque une "caldeirada" portugaise! :-)

Elvira , le 20/03/2007 22:15  

Que de jolis souvenirs... et quelle belle petite cotriade ! Quel dommage que nous soyons si loin de Crozon !...
Bonne soirée
hélène

Hélène (Cannes) , le 21/03/2007 21:38  

Même si j'habite un peu plus au sud du département, la presqu'île de Crozon, c'est peut-être ce que je trouve le plus beau. Contente de partager ça avec toi. Sympa aussi ta cotriade.

Eliflo , le 22/03/2007 17:33  

Tiens, j'ai envie de vacances...

ooishigal , le 23/03/2007 08:44  

Un bel article, et très jolis photos..!

lory , le 23/03/2007 19:42  

j'dis rien. sinon tu vas encore crier au harcèlement.

annie dedicacessen , le 24/03/2007 10:13  

mais j'en pense pas moins

annie dedicacessen , le 24/03/2007 10:13  

T'as bien raison Annie, ce poisson n'est pas très appétissant. Moi il m'a fait penser à ta Vouivre. Je l'ai bien aimée en boulangerie mais en poisson :-(

Pardon tit, je ne ressens pas toujours le besoin de faire ma gentille fille...

raymonde , le 24/03/2007 20:20  

J'adopte illico ta cotriade...trop bon!

Catherine , le 26/03/2007 06:00