lundi 12 octobre 2009

Artisan-voyageur-pantouflard

Pas plus le temps/l’envie de lire tout ce blabla que moi ? Allez directement à la recette des ghoribas (macarons marocains).

Vous me connaissez ou bien ?!

Je suis Tit’, un bien drôle d’oiseau « migrateur », vous l’avouerez, dont le passe-temps favori à mes heures perdues est de voyager. Voyager sur la Toile, j’entends, car je ne suis rien moins qu’un voyageur virtuel, un voyageur sans bagage, voyageur aux confins de mon canapé d’où je vous écris ce soir emmitouflé dans mon plaid, l’ordinateur sur les genoux et les pieds en éventail devant un feu de cheminée qui réchauffe l’atmosphère. Oui, dans mon genre, on fait difficilement mieux : je suis le roi incontesté et incontestable de la pantouflardise, titre que je revendique haut et fort. La transhumance vers le sud comme le font chaque année mes congénères plumés et zélés dès la fin de l’été, ce sud promesse de soleil, de ciel d’azur et de petchs couleur pain grillé sur la plage, croyez-m’en, ce n’est pas pour moi ; dès que cela pelle sa mère, je me calfeutre dans mon petit chez moi, avec ziozios et belle oiselle, je me cache derrière mon ordinateur ou mon fourneau et je cherche des recettes et je cuisine ou, autant faire se peut, je cuisine et je voyage sans sortir de ma cuisine, c’est-à-dire que je voyage en cuisinant, c’est-à-dire que je cuisine ce que le monde à de mieux à offrir.

Je cuisine pour rêver de contrées lointaines, et je voyage léger, avec presque rien, sans trop de fatigue surtout pour le pépère à plume que je suis. Je me contente de deux ou trois saveurs qui font que dès la première cuillérée je m’envole vers des « paradis terrestres » ; je me contente de deux ou trois mets aux noms barbares plus fabuleux les uns que les autres qui me transportent à l’autre bout de la planète sur des cieux qui m’enchantent depuis que je suis môme, car même si je ne voyage pas dans les faits, j’ai toujours voyagé : dans la tête ou par procuration. Il n’y a rien qui me fascine plus que les voyages des autres. Ainsi pendant des années, j’ai vénéré à mon chevet Les Lettres Persanes, Robinson Crusoé ou encore Le Voyage de Gulliver. Cependant, mes récits de voyage préférés me venaient d’une source bien plus intime, car le voyage est en partie une histoire de famille…

Bien que français, né en France de parents français, vivant en France dans un petit coin d’Ile-de-France, je n’en suis pas moins voyageur, par héritage. De par mon père qui est breton, né en Bretagne de parents bretons, Pierre et Joséphine, eux-mêmes enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants de bretons, d’aussi loin que je me souvienne, ayant quittés leur campagne profonde pour tacher de trouver une meilleure situation en Seine-et-Oise, comme tant d’autres provinciaux l’ont fait après-guerre. Au début des années 90, à l'instar de ses parents, mon père prendra le chemin du retour pour se rapprocher de sa terre d’origine et c’est ainsi qu’aujourd’hui mon frère, ma sœur, leur compagne ou compagnon, mes neveux, ma nièce vivent tous en Bretagne (Nantes aux chapeaux ronds !). Je serai le seul à ne pas être du voyage ou à peine, très furtivement. Voyageur (et citoyen du monde) de par ma mère, née à Kef en Tunisie de l’union d’un père flamand, Léonard, né à Anvers et naturalisé français après la guerre et d’une mère corse, française donc, quoi que certains en disent, Marie Toussainte, née en Algérie, élevée en Tunisie, fille de pieds-noirs comme on les appelait parce que nés au bled, y vivant depuis des générations, travaillant de père en fils dans les Eaux et Forêts « Françaises », ma mère, je disais, leur fille, est française, est belge, est corse, a parcouru le monde sur terre, sur mer, dans les airs, avec son (beau) légionnaire de père, avec sa mère, avec ses frères, de Kef à Antananarivo, de Marseille à Paris, de Ghisoni à Eaubonne, et repose aujourd’hui en Corse là-haut, « au village » comme on dit, dans un petit carré de verdure à flanc de colline entouré de pins laricio et de châtaigniers généreux au pied du Christe-Eleïson (1260 m) et de sa grande soeur a Punta Kyrie-Eleïson (1535 m) dominant la vallée du Fium’orbu, qui s’écoule au milieu d’un chaos de roches et de terres où poussent drus genévrier, lentisque, myrte, arbousier, ciste et romarin.

Et puis, il y a encore ici où là un peu de sang wallon, de sang italien, de sang celte qui se balade dans mes veines, il y a du sang de ces immigrants bretons, italiens, belges et corses qui ont traversé plein d’espoir l’océan à bord de ces inconfortables transatlantiques qui vous débarquaient à Ellis Island, New York City, où l’on regardait à travers tous les pores de votre corps épuisé après des jours de traversée si vous étiez aptes au grand rêve américain ou bons au retour chez vous. Ainsi, du côté de Washington, Philadelphie ou par là, j’ai des cousins belges, jamais vus, jamais rencontrés, mais qui sait ; j’ai ouïe dire encore que certains seraient descendus plus au sud, les corses, pour rejoindre des cousins alors immigrés à Caracas ou dans ces eaux-là ; j’en sais certains à Miami, Floride ; il doit bien avoir quelques heureux bretons à New York, si je ne m’abuse, des inconnus, jamais vus, jamais rencontrés, mais qui sait, le monde est si petit. Alors oui, allez, cherchez-les, interrogez-les ces descendants d’immigrants ! Ils vous diront que nous sommes cousins, des cousins lointains certes, mais des cousins tout de même, à la mode paysanne, des cousins du genre « le cousin de mon cousin de mon cousin est le cousin de mon cousin de mon cousin, donc nous sommes aussi cousins ». Alors oui, pas de trace d’immigrants en Amérique (du sud), encore moins en Asie, je n’imagine personne en partance pour l’Océanie, quoique Pépé Jean (Léonard) s’en soit bien approché quand il allait de par le monde, et peu importe, le monde est si petit, si petit je vous dis ! Ainsi, je travaille depuis de longs mois avec un lointain cousin, descendant du frère du grand-père de ma grand-mère, Marie, la corse, et nous n’en savions rien, jusqu’à ce déjeuner le jour de ton arrivée où tu as évoqué ce « petit village au sud de Corte » d’où tu provenais, où tu as passé quasiment tous tes étés dans la demeure familiale, celle-là même qui jouxte l’ancienne brasserie qui faisait la joie du village quand moi-même je m’écorchais les genoux sur le pavé de la fontaine Neptune lors de la descente aux flambeaux, qui a lieu chaque année à l’Assomption. Si petit le monde, je vous dis, si petit mon monde !


Voyez-vous comme le monde tout entier est au centre de ma vie ? Voyez-vous comme les voyages ont compté pour nous, comme ils nous ont façonnés ? Si, enfant, je me rêvais aventurier en culotte courte, ma vie d’enfant, c’était ça : des rêves d’horizons lointains aux noms fabuleux, des noms de soleil, d’enfers verts ou désertiques, des noms de pluies et de tempêtes, des noms de rocailles, de gouffre diabolique, de pierre tremblante que l’on s’amusait à croire qu’un coup de rein solide pouvait faire se mouvoir de quelques millimètres sur son socle. Des noms, ces noms je les ai tant entendus, tant vécus parfois, qu’ils sont gravés dans le marbre de mon cœur, et même si je n’ai pas encore parcouru la planète entière pour marcher sur les pas des mes pères, je sais que je suis fait un peu de ces terres-là, qu’elles font irrémédiablement parties de mon univers affectif et sensoriel, par ma mère tout particulièrement qui a subi les influences de ces lointaines contrées jusque dans la cuisine qu’elle nous servait si simplement.

Ma mère avait vécu à Mada ? Qu’à cela ne tienne, elle se gavait et nous gavait par la même occasion de fruits exotiques tous plus étranges les uns que les autres pour l’enfant que j’étais. Elle avait vécu en Tunisie, sa famille avait parcouru la région du Maghreb pendant plusieurs décennies ? Qu’à cela ne tienne, notre quotidien était fait de couscous, de tajines, de makroub, de cornes de gazelle, d’halva et de thé à la menthe. Elle avait hérité de son père le goût septentrional des moules frites et des gaufres fourrées, de la bière (dont j’ai toujours détesté l’odeur, le goût, oh le mauvais petit-fils !). Elle avait hérité de sa mère le goût plus méridional du lonzu, de la coppa, du fromage de montagne (corse) au lait cru de brebis (corses), des canistrelli au vin blanc et aux graines d’anis, des châtaignes grillées au feu de bois, de la pulenta di castagni que l’on découpait en tranches épaisses et que l’on faisait frire dans quelques cuillères de graisse et que l’on accompagnait avec un œuf sur le plat et de la saucisse figatellu (oh, le frugal repas !).

Et mon père ? Ne croyez pas qu’à elle seule ma mère a formé ce goût du monde. En breton pur souche, mon père hérita des secrets de la cuisine bretonne de l’Argoat, une cuisine terrestre faite pour l’essentiel de patate (au lard de préférence… ma préférence), de volaille fermière, de bons gros œufs frais, de lait cru et crémeux, de beurre demi-sel, de galettes de blé noir, de farz, de pains généreux et gonflés, de légumes verts et croquants en provenance du pays Léon si proche. Et puisque la mer n’était pas si loin non plus, de moins en moins loin avec l’aménagement des axes routiers et l’avènement de la pêche intensive, il apprit chaque jour à cuisiner poissons, coquillages et crustacés. A nous moules marinières, palourdes, coques, crabes, araignées, tourteaux. A nous bars, grondins, maquereaux, lottes, turbots. Et avec talent !

Voilà. Voilà d’où je viens, ce que je suis, ce qui fait ma cuisine aujourd’hui. Vous l’aurez compris, je l’espère. Le monde a toujours été ma source d’inspiration et d’énergie. Cela vaut pour la cuisine ; cela vaut pour les êtres qui m’entourent ou que je rencontre. Je suis curieux de vous, le saviez-vous ? Ma curiosité est un peu comme un estomac qui a besoin d’être nourri : c’est en vous côtoyant que je la rassasie.


Ghoribas

Et pour illustrer mon propos, voici un bel exemple de cuisine du monde : les ghoribas. Cette pâtisserie du Maghreb, d’origine marocaine, est une merveille à partager à l’heure du thé (à la menthe). Son goût d’amande rappelle volontiers le macaron. J’aurais tendance cependant à préférer les ghoribas, plus rustiques, plus en lien avec mes aspirations. En discutant pâtisserie avec ma grand-mère maternelle l'été dernier, je me suis souvenu qu'elle aimait confectionner ce genre de douceur : ghoribas, montécaos... J'ai recopié telle quelle la recette inscrite à la main dans son cahier vieux de trente ans. La recette est extrêmement simple à réaliser. J’ai modifié la recette de base en réalisant une première moitié de ghoribas traditionnels aux amandes et une seconde moitié de ghoribas aux pistaches.

Ingrédients

3 beaux œufs fermier frais ; 125 g de poudre d'amandes légèrement torréfiée ; 125 g de poudre de pistaches légèrement torréfiée ; 100 g de semoule fine de blé dur ; 125 g de sucre de cannes ; ½ sachet de levure chimique ; 3 CS d’eau de fleur d'oranger ; sucre glace

Marche à suivre

Préchauffez le four à 175°C.

Dans un grand bol, battez les œufs avec le sucre de cannes, jusqu’à ce que le mélange blanchisse et devienne mousseux. Ajoutez peu à peu la levure et la semoule. Divisez la préparation en deux moitiés dans deux bols distincts : dans le premier bol, ajoutez la poudre d'amande ; dans le second, ajoutez la poudre de pistache. Travaillez les deux préparations jusqu'à ce que la pâte s’attendrisse. Si elle reste trop dure, incorporez un peu d'eau de fleur d'oranger.

Préparez une ou deux plaques à pâtisserie recouvertes de papier cuisson. Prélevez des grosses noix de pâte et formez des boules. Aplatissez légèrement chaque boule et posez-les sur la ou les plaques. Mettez à cuire pendant 20 min. Les ghoribas doivent restés bien clairs, sans aucune coloration. Sortez du four et laissez refroidir. Saupoudrez ou roulez chaque biscuit dans le sucre glace.

Note : Les ghoribas se conserveront parfaitement 2 à 3 semaines dans une boîte hermétique, à l’abri de la lumière et de l’humidité.

A bientôt... enfin, j'espère ! :)
Tit'

P.S. : En achevant ce billet, je me rappelle tout à coup que cette chère Lilo avait publié il y a quelques années un reportage passionnant sur la confection des ghoribas. Il avait eu sur moi l'effet de la madeleine de Proust... Je viens de m'y replonger avec délectation et vous invite à faire de même. http://www.cuisine-campagne.com

 

18 graines et quelques miettes pour un cuicui affamé:

Je lis tout ça avec une certaine émotion, disons que ça me parle beaucoup.
Mes bx-parents sont nés et ont grandi en Algérie, la cuisine qu'ils ont rapportée de là-bas est généreuse, parfumée, conviviale et j'aime tout particulièrement tous les petits gâteaux qui accompagnent le thé. Ceux que tu as faits sont parmi mes préférés. Les tiens sont magnifiques, ils n'auraient pas faits long feu par ici...
Merci pour ce partage.

Cécile , le 12/10/2009 07:12  

Quel bonheur ce billet !!
Le melting pot, creuset de l'humanité ... Sachons nous en rappeler !
En passant , la Tunisie , c'est aussi mon berceau, puis la France ...

LILIBOX , le 12/10/2009 07:56  

C'est magnifiquement raconté... Merci ;-)

peggy , le 12/10/2009 08:51  

Une très jolie histoire, en effet... qui me touche d'autant plus que la famille que nous constituons avec mon mari est aussi diverse que la tienne. Un vrai bonheur, je dois dire : de l'Europe de l'Est à l'Espagne en passant par le Maghreb ;-)

Tweet , le 12/10/2009 11:44  

Quel beau récit bien écrit, merci pour ce partage! Tes gâteaux sont magnifiquement réussis, j'adore les pâtisseries orientales ! Bonne continuation pour ton joli blog!

patisserie , le 12/10/2009 16:44  

Très vite quand j'ai commencé à te lire, j'ai repensé à ce beau billet de Lilo. Merci pour ce beau voyage d'oiseau migrateur. Bisous et j'espère à très vite...

Sophie , le 12/10/2009 16:52  

J'ai tout lu !!! ... Pour voyager un peu ... Je n'ai pas d'origines si éloignées et si diverses mais je saurais apprécier tes biscuits ! J'ai le droit de grignoter un p'tit gâteau ??? ... Parce qu'ils me font drôlement envie ! En tout cas, merci, je repars avec la recette ! ;o)

Annellénor , le 12/10/2009 21:39  

y a pas a chiqué, ta une jolie plume...d'oiseau ;-)

Claude-Olivier , le 12/10/2009 22:13  

Peut être enfin des "macarons" que je puisse réussir !!!

Gredine , le 14/10/2009 22:38  

C'est bien connu, les bretons, ça voyage ! Mes beaux parents aussi sont pieds noirs, lui est né de l'autre côté de la méditerranée, mais les ghoribas ne font pas partie de l'héritage culinaire... N'empêche, je vais tester et si je peux préciser, tu es le premier qui me donnes envie d'en faire !

Tiuscha , le 18/10/2009 13:33  

Miam te revoilà, te revoilou ! Et quel billet. Je me reconnais un peu dans tes mots, même si les endroits sont un peu différents. En tous cas tous ces héritages nous permettent de cuisiner et d'aimer la diversité. Que demander de plus ?
Welcome back !
Fred

Fred , le 21/10/2009 11:39  

J'ai enfin trouve le temps de lire ce voyage dans ta tete, l'oiseau. Ils sont beaux tes voyages en gourmandise.
Juste trois mots, pour finir: Samarcande, Kamtchatka, Saskatchewan.

Gracianne , le 22/10/2009 15:20  

le genre de petites douceurs qu'il me faudrais, là maintenant! à tremper dans mon thé à la menthe!

joelle a.k.a auntie jo , le 23/10/2009 12:30  

Amande... Pistache... Pistache... Amande... Ces gâteaux me sont familiers, des origines tunisiennes lointaines, et des amis d'enfance maghrébins. Mon choix est vite fait, je prends les deux, et en fois deux!

Sha , le 24/10/2009 22:27  

Cher Cuicui, quel bonheur de te voir dévoiler ainsi alors que tu es plutôt d'une grande discrétion dans l'univers de la blogosphère. J'en veux pour preuve ce caprice que tu as de ne vouloir apparaître sur aucune photo de pique-nique ou autre rendez-vous de ce genre parce-que tu as peur que les bloggeuz ne découvrent ton étroite ressemblance avec George Clooney. Moi qui suis le sosie de Monica Belluci, je ne peux que te comprendre.
Bref, quel récit, quel arbre généalogique, quel carnet de voyage!!! Je suis de celles et ceux qui pensent qu'il ne faut surtout pas oublier d'où on vient car c'est ce qui fait ce qu'on est. Les purs Français n'existent... les Français sont des voyageurs, des explorateurs... on les retrouve sur tous les continents. Je ne serais pas étonnée qu'on retrouve de Français sur la lune!!!
;-D

En tout cas, merci de nous avoir offert un peu de toi. C'était un délice à lire. Tu ne battras pas un Patrick dans l'écriture mais rassure-toi, tu le talonnes!!!

PS: je vois que tu ne postes pas plus qu'avant......... ;-(

Miss Tiny , le 31/10/2009 15:35  

Ouhhhhh merci, merci, merci ! Depuis le temps que mes papilles me rappelaient à ces merveilleuses pâtisseries goûtées lors d'un débouclage de valises/retour du Maroc... Je savais bien que je ne venais pas assez souvent ici, et pourtant comme la cuisine y sent bon, et tiens, je vous dois -depuis 2 saisons- une merveilleuse confiture de mirabelles à la fève tonka.. Ce soir je sévi !
Et j'ai tout lu avant d'aller voir la recette des ghoribas. Et ça m'a drôlement émue cette généalogie vagabonde.

Minie , le 05/11/2009 11:09  

wahouuuuuuu, ils sont excellent surtout après qq jours, je me suis trompé, j'ai mit de la semoule de blé complet au lieu de la blanche...
Petit rustique en plus...
Recette simple, rapide et délicieuse, merci merci !!

Anonyme , le 13/01/2010 21:32  

Très bonne recette. Je l'ai réalisée il y a une semaine et il ne reste déjà plus rien. A refaire!

Nathalie , le 03/02/2011 15:51